Actualité

1968, une jeunesse en révolte : exposition, journée d'étude, témoignages oraux, conférence

  • Culture,
  • Documentation - Bibliothèque,
  • Vie étudiante,
Date(s)

du 18 avril 2018 au 5 juin 2018

Lieu(x)
Site 2 Lions/Portalis, Site Tanneurs

1968, une jeunesse en révolte, une histoire partagée entre la France et l'Allemagne

Ce projet culturel de l’université de Tours et du Département a pour but de commémorer les 50 ans « de mai 68 », avec un regard croisé sur les évènements qui se sont déroulés en 1967 et 1968, en Touraine et en Allemagne, dans la région nord du lac de Constance.

Une EXPOSITION de 20 panneaux illustrant « Mai 68 » en Touraine et en Allemagne
Du 23 au 5 mai bibliothèque universitaire de droit-économie-géographie
50 avenue Jean Portalis. 37200 Tours

Ouvert du lundi au vendredi (sauf jours fériés) de 8h30 à 18h30, le samedi 8h30-12h30

Du 14 au 18 Mai Hall Thélème. Site TANNEURS

En Touraine, si le milieu étudiant se soulève d’abord, début mai, contre la violence de la répression policière envers ses camarades à Paris, suivi par les lycéens qui boycottent les cours et occupent leurs « bahuts », c’est finalement le monde du travail qui domine le paysage de la contestation sous forme de grèves et occupations d’usines.

L’image des évènements de « 68 » est bien différente sur les rives Nord du Lac de Constance, en commençant par la chronologie – la contestation prend forme dès juin 1967. Elle reste ensuite limitée aux étudiants de la nouvelle université de Constance, et aux élèves des lycées des diverses villes de la région. Leur mouvement ne réussit pas à gagner le monde du travail qui le regarde de façon sceptique, voire hostile.

Si les revendications formulées en Touraine demandent le départ du général De Gaulle, et l’amélioration des conditions de vie et de travail dans les universités et les lycées, elles revêtent surtout un caractère social, conséquence de l’engagement de la classe ouvrière.

Les protestations du côté allemand reflètent celles exprimées dans les grandes villes universitaires : rejet de la guerre menée par les Etats-Unis au Vietnam, de la trop grande influence du groupe de presse Axel Springer sur l’opinion publique en R.F.A., des lois d’urgence qui semblent menacer la démocratie, des structures autoritaires, et d’un passé nazi encore récent dont les générations précédentes cherchent à refouler l’ampleur des crimes.

Les mouvements contestataires de ces deux régions ont cependant en commun un point capital – celui d’un malaise ressenti face à une société qui ne correspond plus aux attentes, notamment de la jeunesse, et d’un espoir partagé d’un monde meilleur.

Une collecte de témoignages oraux autour de Mai 68 à Tours
disponible sur le site patrimoine.univ-tours.fr.
https://patrimoine.univ-tours.fr/collections-sonores/


Une journée d’études sur « les Mais 68 »
17 mai 2018. université de Tours.

Les mouvements de contestation qui se sont développés dès le début des années 1960 sont définis sous le terme générique de « mai 68 ». Le caractère international de ce mouvement sera présenté à travers l’exemple des Etats-Unis, de l’Amérique du Sud, de la R.F.A., de la France, de l’Italie et de la Tchécoslovaquie. Les lignes communes et les différences – acteurs, formes de combat, circonstances, objectifs… montreront toute la multitude et la richesse de la mise en question d’un grand nombre de sociétés nationales pendant cette décennie. Une telle approche comparative permet aussi de dégager les influences et les transferts entre les divers mouvements.


Une conférence de l’Université du temps libre (UTL) :
« Mai 68, 50 ans après » par Eric Alary
Mardi 5 juin 2018. 18h. Amphithéâtre, bâtiment D,
Université de Tours. 60 rue du Plat d’Etain.